Section 16 Chimie du vivant et pour le vivant : conception et propriétés de molécules d'intérêt biologique

VI. Formation enseignement

Tout en gardant la spécificité et le développement scientifique propre à chaque discipline, le dialogue entre chimistes et biologistes est nécessaire pour concevoir des outils originaux afin de décrypter les phénomènes biologiques et pour développer de nouvelles approches pour appréhender, comprendre et étudier le vivant. Pour autant, la formation des futurs acteurs de ces recherches multidisciplinaires et transdisciplinaires (à savoir les étudiants actuels) passe par la mise en place dans nos universités de filières hautement interfacées. Malheureusement, ces formations aux interfaces, qui induisent des coûts de formation supplémentaires, puisqu'il faut adapter les outils de formation à des publics issus d'horizons diversifiés, sont les premières à faire les frais des politiques d'économie à tout prix que vivent les universités.

Ces formations doivent préparer à la recherche fondamentale et appliquée par l'acquisition des connaissances et compétences nécessaires à la poursuite de recherches en vue d'une thèse de doctorat ou à l'intégration dans la vie active. Elles permettront aussi d'enrichir l'éventail des formations proposées aux étudiants. Le développement de cursus où se côtoient chimie, biochimie et physique-chimie permettra aux étudiants d'intégrer une formation transdisciplinaire se situant à l'interface de la chimie et des sciences du vivant, constituée d'enseignements à vocation recherche adossés à des laboratoires reconnus et/ou à finalité professionnalisante pour un secteur d'activités identifiées et porteur d'emplois. Compte tenu de l'évolution rapide des techniques et instrumentations dans le domaine de ces interfaces chimie-biologie, une rationalisation des offres de formation au niveau doctoral s'avère nécessaire, pour pouvoir les ouvrir à l'ensemble des doctorants et post-doctorants de nos disciplines. Afin de développer et de pérenniser cette offre, reste à trouver les leviers financiers permettant la mise en place de ces formations par des universitaires au niveau national, voire international.