CID 54 Méthodes expérimentales, concepts et instrumentation en sciences de la matière et en ingénierie pour le vivant

Introduction

Les interactions entre sciences de la matière et sciences du vivant représentent depuis plusieurs années, en France, un champ de recherche à forte dynamique. On peut considérer aujourd'hui que ce domaine a dépassé le statut de l'émergence et se déploie de façon pérenne sur une communauté particulièrement active et créative, avec une excellente visibilité nationale et internationale et qui connaît encore une forte croissance tant au niveau de sa richesse thématique qu'au niveau du nombre de chercheurs impliqués.

Au-delà des premières approches technologiques qui ont porté, au cours du siècle dernier, des progrès majeurs dans le domaine de la santé (imageries médicales, radiothérapies, spectrométries...) ce domaine de recherche s'établit aujourd'hui sur une double démarche : la première est d'appréhender à l'aide d'outils conceptuels et/ou matériels physiques ou chimiques les questionnements de la biologie et du vivant, la seconde est d'intégrer les fondements fonctionnels et structurels de la matière vivante dans les outils de la physique ou de la chimie afin de générer de nouveaux concepts. Un corolaire plus récent à ces approches est de mimer le monde du vivant, à tout niveau d'organisation, par des approches purement non biologiques (ou pour le moins mixtes) afin d'une part d'imaginer de nouvelles architectures fonctionnelles et d'autre part d'analyser à la lumière de ces acquis les modes d'organisation et de fonctionnement du vivant.

Riche d'applications et porteur d'innovations majeures, le domaine est en perpétuelle évolution et recomposition. Cette plasticité lui confère une vitalité remarquable qui pourrait être perçue bien à tort comme de l'instabilité. L'interaction sciences dures/sciences du vivant est un domaine phare, parfaitement ancré dans le paysage de recherche français et qui est appelé à un bel avenir si le contexte le lui permet.

Ainsi, quasiment tous les secteurs des sciences dites dures sont concernés : une trentaine de sections du comité national peuvent potentiellement contribuer à ce domaine. La pertinence de cette interdisciplinarité n'est plus à démontrer : la qualité de la production scientifique, le potentiel d'innovation en attestent largement.

Ce document souhaite mettre en relief cinq domaines essentiels de la recherche en concepts et instrumentation en sciences de la matière et en ingénierie pour le vivant. Ces domaines constituent cinq enjeux majeurs pour la progression de la compréhension des mécanismes du vivant, pour le développement des futurs outils de diagnostic, de suivi thérapeutique ou d'observation environnementale, pour anticiper les (r)évolutions technologiques majeures que constituent entre autres les approches bio-inspirées.