Section 28 Pharmacologie, bioingéniérie, imagerie, biotechnologie

Introduction

Les sciences et techniques biomédicales et pharmaceutiques évoluent à une vitesse vertigineuse. Leur impact socio-économique continue de s'accroître considérablement, en particulier dans le contexte du vieillissement des populations développées, de l'apparition de résistance aux traitements existants, et de l'émergence de nouvelles maladies virales, parasitaires ou microbiennes.

La section 28 du Comité National de la Recherche Scientifique réunit les acteurs du monde académique intervenant à toutes les étapes de la compréhension des pathologies humaines et animales, ainsi que du développement des produits diagnostiques, thérapeutiques et vaccinaux. La section relève principalement des Instituts des Sciences Biologiques (INSB) et des sciences de l'ingénieur (INSIS) du CNRS. Cependant, son caractère éminemment interdisciplinaire lui permet de couvrir d'autres domaines, tels que notamment l'interface chimie-biologie, avec la participation de chercheurs de l'Institut des Sciences Chimiques (INC). Sa richesse est d'offrir aux chercheurs un cadre de communauté de pensée, d'objectifs et d'actions tournés vers l'innovation thérapeutique et le développement des technologies pour la santé.

Pour progresser dans le traitement des maladies, il est crucial d'aborder à la fois : i) la caractérisation et la validation de cibles thérapeutiques ; ii) le développement de méthodes diagnostiques pour mieux dépister les pathologies, en évaluer la gravité, et en effectuer le suivi thérapeutique ; et iii) le développement d'approches thérapeutiques, au premier rang desquelles se trouvent les médicaments et les vaccins. Ces dernières années, les concepts du diagnostic et du médicament se sont sophistiqués en englobant un nombre croissant d'outils : petites molécules, protéines thérapeutiques, acides nucléiques, cellules, et aussi les nouveaux objets biologiques créés par ingénierie biologique (biologie synthétique) et la prise en compte des voies de signalisation alternatives pouvant être stimulées de manière sélective (biologie des systèmes) pour atteindre un niveau de compréhension plus global et obtenir une sélectivité d'action fonctionnelle ou tissulaire.

Les 5 grands domaines prioritaires exposés dans ce rapport détaillent les axes marquants de ces évolutions récentes.