Section 16 Chimie du vivant et pour le vivant : conception et propriétés de molécules d'intérêt biologique

Introduction

La compréhension des mécanismes associés à la vie, au niveau moléculaire et cellulaire, aussi bien qu'au niveau des organismes, des populations et des écosystèmes, et la mise au point de composés ou de méthodes pour les analyser et les réguler, sont des enjeux de recherche majeurs. Les retombées attendues concernent aussi bien la santé humaine et animale (médicaments, vaccins, matériaux biocompatibles pour prothèse, diagnostic...) que l'agroalimentaire, les biotechnologies ou l'environnement.

C'est dans ce contexte que la section 16 rassemble une communauté de chercheurs où se retrouvent et se métissent différentes disciplines (chimie, biochimie, biophysique, physico-chimie, biologie cellulaire, immunologie...). Cette interface exigeante doit stimuler des approches multidisciplinaires voire transdisciplinaires, des nouveaux concepts, de nouvelles technologies où chaque discipline apporte sa contribution créative. Englobant, parmi d'autres, le domaine chemical biology ou chémo-biologie, le champ d'investigation de la section 16 ne peut pas être restreint aux domaines connexes à la découverte de nouveaux médicaments ou drug discovery.

Si la section 16 fait de la biologie dans le sens où les questions qui y sont posées concernent bien souvent le vivant, les expertises de ses chercheurs gravitent autour de la chimie au sens large : concevoir, réaliser, analyser de nouvelles molécules bioactives ou élaborer des expériences pour comprendre la réactivité des molécules au niveau atomique, voire orbitalaire, dans le contexte du vivant, analyser les biomolécules et leurs interactions in vivo... Ces domaines d'activité justifient pleinement le rattachement de la section 16 à l'institut de chimie du CNRS.

Bien que les rédacteurs aient veillé à ce qu'il reflète au mieux la vision et les domaines d'expertise couverts par la section 16, ce rapport ne doit pas être considéré comme exhaustif, en regard du très large éventail de thématiques de cette section.

La section 16 en chiffres :

35 structures opérationnelles de recherche dont la section 16 est section principale :

– 2 UPRs, 21 UMRs, 1 FRE,

– 3 FRs,

– 2 GDRs,

– 1 GDS, 2 UPSs, 2 UMSs, 1 USR.

347 chercheurs (26 CR2, 179 CR1, 98 DR2, 40 DR1, 4 DRCE1) dont 67 % hébergés dans un laboratoire dépendant de l'INC, 24 % hébergés par l'INSB, 3 % par l'INEE, 2 % par la DGDR (les moyens communs), 1 % par l'IN2P3, l'INP et l'INSIS.