Section 17 Système solaire et univers lointain

Conclusion

La communauté astrophysique française est fortement impliquée dans de nombreux projets internationaux. Les satellites Planck et Herschel nous apportent des résultats majeurs en matière de cosmologie et de physique stellaire. La mise en service du radiotélescope ALMA et le lancement réussi du satellite Gaia, le démarrage du chantier de l'E-ELT et l'autre grand projet sol européen, CTA, sont autant de points positifs pour notre discipline. Pour compléter ce décor, il convient de citer les missions spatiales sélectionnées par l'ESA pour la décennie à venir : Solar Orbiter, CHEOPS, Euclid, JUICE et PLATO.

De nombreux chercheurs français sont PI d'instruments attachés aux projets énumérés ci-dessus et on aurait donc toutes les raisons de voir l'avenir avec confiance s'il n'y avait pas le problème inquiétant de la baisse des recrutements de chercheurs que l'on constate actuellement, notamment au CNRS. De plus, dans une discipline comme la nôtre, qui fait appel à de nombreux équipements de haute technologie, il est nécessaire d'avoir des équipes techniques solides et permanentes sur lesquelles les chercheurs peuvent s'appuyer. La baisse des effectifs d'ingénieurs et techniciens statutaires et l'appel croissant à des CDD est un autre motif d'inquiétude de notre communauté.