Section 03 Matière condensée : structures et propriétés électroniques

Conclusion

L'image qui se dégage de ce rapport est celle d'une activité scientifique très dynamique qui apporte une contribution importante au plus haut niveau international. Cependant, des problèmes apparaissent clairement dans la conjoncture actuelle. Le panorama du financement de la recherche en France a changé énormément ces 10 dernières années. L'apparition de l'ANR et des initiatives d'excellence (Idex, Labex...) a multiplié les appels d'offres et les possibilités de financement. Cela a contribué d'une façon importante à dynamiser certaines thématiques et, bien sûr, à financer la recherche, mais sur des crédits non récurrents et des projets souvent à cours termes. Les conséquences ont été l'augmentation du nombre de postes non statutaires (techniciens, doctorants et post-doctorants) quand, au même moment, les crédits et les postes permanents dans les universités et au CNRS ont sans cesse diminué. L'augmentation du nombre de chercheurs non-permanents dans les laboratoires et la réduction des opportunités d'embauche ainsi que l'accès limité d'embauche dans le secteur privé des chercheurs formés par les universités, engendrent de fortes déceptions pour des générations de jeunes, qui d'ores et déjà délaissent les carrières scientifiques. Il est clair qu'une nation comme la France a besoin d'une recherche fondamentale de haut niveau si elle veut maintenir sa place parmi les leaders culturels mondiaux. Il apparaît clairement qu'il est important de maintenir un niveau de recrutement supérieur au niveau actuel, pour permettre un renouvellement dans les institutions de recherche, et pour donner aux chercheurs la liberté de mener leurs propres recherches le plus tôt possible dans leur carrière, ce qui a permis dans le passé le développement d'idées originales.

Bien que le financement sur projets ait porté ses fruits, la réduction des fonds de l'ANR et son fléchage de plus en plus fort vers des thématiques appliquées est de plus en plus dommageable. Il est indispensable que les jeunes formés par la recherche aient des débouchés correspondants à leur niveau et à leurs attentes dans tous les secteurs économiques et non quasi-exclusivement dans le secteur académique.