Section 39 Espaces, territoires et sociétés

6. Information scientifique et outils

La mutation des supports de l'information scientifique est une préoccupation commune à bien des sections du Comité National. C'est particulièrement vrai dans le domaine de la documentation et de l'édition (portails de ressources, politiques de numérisation, questions d'archivage). Des spécificités à l'échelle des SHS peuvent être dégagées, mais ne peuvent être considérées comme une préoccupation particulière de telle ou telle section.

La question de la constitution, la gestion et la mutualisation des bases de données est d'une particulière importance pour la section 39, où les bases de données géographiques notamment, sous leurs différentes formes, sont massivement utilisées. Les problèmes méthodologiques et techniques sont très différents suivant la nature de l'information géographique et statistique utilisée : donnée spatialisée souvent obtenue auprès d'opérateurs publics (statistique, télédétection), éventuellement réélaborée au sein des laboratoires, donnée primaire obtenue à la suite de campagnes de terrain ou d'opérations de saisie de natures diverses, donnée qualitative ou quantitative, d'échelle et de couverture très variable, etc. La réflexion sur le coût, en temps de travail ou en argent, de constitution des ensembles de données, ainsi que les conditions contractuelles d'utilisation de données tierces doivent être intégrée. La question juridique des accès aux données est aussi une préoccupation forte, que la communauté scientifique doit prendre en compte dans toutes ses dimensions pour élaborer ses perspectives de recherche (le respect de la protection des données personnelles, dans le cadre de la loi Informatique et Liberté notamment). Ces thématiques deviennent d'autant plus prégnantes que ses développent rapidement les corpus de données très finement localisées et personnalisées, par exemple via les outils de communication géolocalisables. L'usage de tels corpus à des finalités de recherche réclame déjà, et réclamera, des réflexions poussées.

La section 39 est attentive à plusieurs questions fondamentales pour le développement des recherches dans son périmètre :

– le renouvellement à un haut niveau des compétences techniques (personnels ingénieurs) permettant de structurer, traiter et interpréter l'information statistique et/ou spatialisée quel qu'en soit le volume (les small data comme les big data présentant des problèmes spécifiques à maîtriser), ainsi que d'élaborer des protocoles de simulation et modélisation ;

– le maintien de compétences sur la manipulation de données de tous types (qualitatives, quantitatives, textuelles, sonores ou numériques, issues de dénombrements et de recensements, de prises de vue, etc.), ceci par la formation, l'organisation régulière d'Écoles thématiques ou de stages de haut niveau ;

– la connexion avec les évolutions générales de l'information et de la documentation scientifiques : intégration des personnels et des unités dans les réseaux thématiques de compétences, participation aux initiatives de mutualisation des « grandes infrastructures » notamment d'archivage des données et de la documentation scientifique, aux niveaux national et international, la contribution à la réflexion sur le partage des données et ses conditions (créations de référentiels cohérents, de métadonnées, réflexion sur les conditions juridiques et intellectuelles de partage des données).